Alpha Condé ou le visionnaire du développement économique de la Guinée avec à la clef plus de 200 millions de dollars pour assurer le partage de la prospérité Nationale !

 

Le paradoxe Guinéen: c’est le fait de se venter d’une performance économique et pendant ce temps, le peuple tire le diable par la queue. Pour comprendre l’effet catalyseur de cette situation malheureuse , nous vous invitons à suivre le regard de l’administrateur général ( M. Siba Beavogui) de votre site d’informations ,  indiscretguinée.com ….

Si c’est vrai que le camarade Ahmed Sekou Touré fut le fer de lance de l’indépendance politique de notre pays, il faut le dire sans aucun doute, professeur Alpha Condé est le métronome de sa révolution économique . Jamais dans l’histoire de notre pays, un gouvernement n’a mobilisé autant de milliards de dollars et enregistré un aussi impressionnant packaging d’infrastructures énergétiques .

Malheureusement, malgré toutes ces performances, le pays a du mal à sortir de l’ornière et s’enfonce lamentablement dans des querelles stériles concoctées pour embrouiller la conscience sociale.

En dépit, de la volonté manifeste du président de la République de partager la prospérité nationale, la majorité silencieuse végète dans la galère par le fait éhonté des collaborateurs directs du palais sekhoutoureya, qui ont préféré se servir au lieu de servir le pays . L’autre problème majeur qui met le voile sur les prouesses du président de la République, c’est la promotion de la médiocrité et de la médisance.

Des individus incompétents, s’appuyant sur le clientélisme et d’un égoïsme ne ménagent aucun effort pour étouffer dans l’œuf la compétence nationale au profit d’un petit clan . Si toute cette manette évaluée en millions de dollars était partagée équitablement sans discrimination comme l’a souhaité le PRAC, aujourd’hui l’économie aurait été stimulé et cette galère légendaire serait devenue un lointain souvenir. Et le professeur Alpha Condé aurait sans nul doute gouverné dans la paix et la stabilité.

En clair , ces gens ont trahi le président de la République, c’est pourquoi le locataire de Sekhoutoureya doit saisir l’occasion de la quatrième république pour balayer devant sa maison au risque de sombrer dans les carcans de la célèbre phrase “Si je savais”..

Propos receulli par À. Camara .