Réformes sur la fiscalité mobile
Réformes sur la fiscalité mobile , Rep. Guinée

Face aux Réformes engagées par le gouvernement sur la fiscalité de la téléphonie mobile en Guinée conformément aux normes internationales, les patrons du secteur se mobilisent à travers leurs travailleurs regroupés au sein de la fédération syndicale autonome des télécommunications, pour disent-ils, engager une grève de dix (10) jours afin d’empêcher l’application  de ces réformes jugées utiles pour le développement économique de la Guinée.

Pour bon nombre d’observateurs, cette manœuvre est contraire aux prérogatives d’une organisation syndicale , car selon eux, le droit relatif à la  grève n’est éligible que pour l’amélioration des conditions de travail et non pour défendre l’intérêt des patrons qui ont un patronat créé exclusivement  pour assurer leur défense.

À cette allure, il y’a de quoi accorder  une dose d’enseignement du syndicalisme aux employés des Télécoms de Guinée qui semblent végéter dans une ignorance inouïe.

Si on se base sur les principes sacro-saints du syndicat, il est aisé de constater que la Fédération syndicale autonome des télécommunications (Fesatel ) est en déroute et risque des poursuites judiciaire pour chantage et trouble à l’ordre public.

Il est important d’user de ses droits dans les limites prescrites par la loi et conformément aux statuts et règlements intérieurs de la charte syndicale .

Suite à ce très controversé préavis de grève, l’ARPT est dans son droit de mettre en place un arsenal de sanctions contre les opérateurs de téléphonie mobiles qui soutiennent cette tentative de chantage et d’intimidation.

S. Béa