Présidentielle du 18 octobre : Rencontre secrète programmée entre Alpha Condé et les coordinations régionales

Sauf changement de dernière minute. En effet, entre le Samedi 08 ou le dimanche 09 août, le Président Alpha Condé doit rencontrer les patriarches des coordinations régionales au palais Sekhoutoureyah, du moins ceux qui sont acquis à sa cause.

Le Président-candidat mettra l’occasion à profit pour demander leur soutien dans le cadre des présidentielles qui se profilent à l’horizon.

Seulement, ce que le candidat du RPG ignore ou fait semblant d’ignorer, s’il peut compter sur le patriarche du Manden, il ne saurait fonder tout son espoir sur celui de la forêt, le vieux Togba, d’autant plus que ce dernier est aujourd’hui décrié, contesté, banni par une écrasante majorité de la population du sud du pays d’où, l’élection de l’ex colonel à la retraite, Dr Jean Dimini Tolno à la tête de la puissante coordination des Unions forestières regroupant l’ensemble des préfectures de la région et qui bénéficie de l’appui de la diaspora forestière.

Mieux, l’exil forcé du capitaine Moussa Dadis Camara, les massacres de Zogota, de Womei, les tueries de N’zerekore, l’abandon de la région ou l’inexistence de tout projet véritable de développement, le projet Simandou ayant été délaissé par Alpha Condé, le manque de promotion des cadres issus de la Forêt, le mépris, l’inconsidération ou l’aversion envers le peuple forestier en renvoyant sans le remplacer le Président de l’assemblée nationale, confiant désormais ce poste promis au sud du pays à la Haute-Guinée avec l’élection d’Amadou Damaro Camara à la présidence du parlement; constituent autant de raisons qui feront échouer le candidat Alpha Condé dans cette partie du pays. A propos de ce dernier point, il y a la politique de deux poids deux mesures, la Basse-Guinée ayant gardé la primature, bien qu’étant aujourd’hui le fief de l’opposition guinéenne, alors que la forêt a toujours massivement voté pour le RPG.

En Basse-Guinée, Elhadj Souna Yansane, le patriarche d’Alpha Condé et des acolytes Soussous autour du pouvoir de Conakry ne représente rien face au tout puissant, authentique et dynamique patriarche de la région, Elhadj Sekhouna Soumah le descendant de Soumba Toumani Soumah, fondateur du royaume de Dubreka.

Affairiste jusque dans la moelle épinière, Elhadj Souna Yansane, cet ancien apparatchik du régime du général Conté, un des nombreux responsables de la chute de la BIAG pour avoir contracté des milliards de francs guinéens qu’il n’a jamais remboursés, ne dispose d’aucune base populaire lui permettant de soutenir son candidat Alpha Condé. Mercato politique oblige, sans foi ni loi, sans morale, il est prêt à toutes les combines, à tous les sacrifices… pour se faire de l’argent… Malheureusement pour le RPG, et ce, malgré le soutien supposé d’elhadj Souna Yansane au pouvoir d’Alpha Condé durant toutes ces années, la Basse-côte reste et demeure le fief de l’opposition guinéenne. Les résultats des législatives du 13 septembre 2013 avec la défaite du parti présidentiel dans toutes les communes de Conakry ainsi que plusieurs préfectures de la région, les communales et communautaires du 04 février 2018 le démontrent amplement. C’est pourquoi, plus de deux ans après le scrutin communal, Alpha Condé et ses sbires refusent l’installation des conseils de quartiers, les conseils régionaux qui remplacent les Gouvernorats, l’UFDG avec tous les calculs faits raflant toutes les capitales des régions administratives du Foutah (Mamou et Labe) et de la Basse-Guinée (Kindia et Boke), sans oublier la zone spéciale de Conakry.

Concernant le Foutah, l’UFDG n’a aucune inquiétude à se faire, la région est entièrement acquise à sa cause y compris le patriarche « Sans Loi » et toutes les personnes ressources de la contrée et de la diaspora. C’est donc dormir débout ou de la poudre aux yeux de penser et de croire que le soutien de Bah Ousmane avec son UPR, Mouctar Diallo, des NFD, de petit Sow (Bantama) du RPG, le Ministre Boubacar Barry (Big-up), Cellou Garaya Diallo, Bobo Denken… peut faire triompher le RPG au Foutah. Non et assurément non! À date, aucun parti d’un fils du Foutah, encore moins d’un Guinéen d’une autre région ne pourrait battre Cellou Dalein Diallo et son UFDG dans leur fief naturel. En tout cas, pas pour l’instant. Contrairement au RPG qui est en phase de déboulonnement, de déconfiture avancée, de la décadence irréversible… en Guinée forestière y compris dans la grande savane.

À vrai dire, le RPG n’a jamais fait le bon choix. Les erreurs de casting et de stratégie sont son lot quotidien. Il mise toujours sur les tocards. Sans oublier qu’Alpha Condé lui même est un handicap majeur à l’épanouissement du parti, il intervient à tout bout de champ, un politicien certes mais dépassé, appartenant à la vieille école des années 70, 80, têtu, il n’écoute pas les conseils, il connaît tout, facile à manipuler et à tromper. A cela, il faut ajouter les noms comme Dr Mohamed Diane, Mamadi Thales Condé des grands projets, le beau père d’Oumar Said Coulibaly, actuel Ministre des postes et télécommunications arrivé à ce stade grâce à ce dernier, membres permanents de la commission de tous les remaniements ministériels, ils font et défont les cadres, vendant à coup des centaines de millions ou de plusieurs millards les départements selon leur importance, excluant les fidèles serviteurs du RPG, les cadres compétents du pays… Le mythomane Kiridi Bangoura n’est pas en reste. Il fait partie de la mafia. Tanpis pour Alpha Condé et pour le pays. Dommage pour la Guinée !

Enfin, s’agissant même de la Haute-Guinée, les dernières évolutions liées aux manifestations contre le manque de courant, les fausses promesses de Koro Alpha Condé, le Président de l’assemblée nationale, Amadou Damaro Camara hué au pays natal à Kerouane, montrent clairement que le parti présidentiel guinéen a énormément perdu du terrain dans la savane, autrefois son bastion naturel.

Source: Amara Sylla, correspondant de indiscretguinee.com