Guinée / Report des législatives Ce qui aurait été du pain Beni pour l’opposition radicale risque d’être la clef de son échec

Après l’annonce du décret reportant les législatives du 16 février au 1er mars prochain publié hier soir, plusieurs Guinéens s’attendaient à une sortie heureuse de cette crise poste électoral, mais on constate avec regret une réaction de non-recevoir. Pour une Guinée fraternel, Alpha Condé a apaisé son autorité et s’est plié aux exigences exprimées.

Par cet acte il a laissé chaque Guinéen chanter de son propre et véritable ton, symbole fort de la diversité du chant de l’unisson.

Malheureusement il a en face des compatriotes qui n’ont aucune compréhension de l’harmonie des libertés.

Ce qui devraient être une cause d’amour, d’unité, est devenu un prétexte pour faire n’importe quoi, intimider ou attiser la haine raciale.

En Guinée nous avons une opposition qui abuse de ses droits et libertés.

Et cela malgré l’intervention des sages, des religieux et de la communauté internationale. Cette opposition imature grimpe au ciel par sa propre volonté, retenez-le par le pied et ramenez-le sur terre, parce que ce n’est tout simplement pas bon pour Elle.04