L’excuse du DG de la police à  HADAFO médias choque les cadres de l’institution

Sur les antennes de la radio Espace dans l’émission Grande Gueule, le directeur général de la police nationale Ansoumane Camara alias Baffoé a reconnu l’agression de Mohamed Mara, journaliste à  HADAFO médias par des agents de la CMIS 21 dans la nuit de samedi 16 à  dimanche 16 novembre dernier.

L’acte  s’est passé à  Petit Simbayah dans la commune  de Ratoma. Le général Baffoé a présenté ses excuses à  la victime et à son média au nom de la police nationale en annonçant des sanctions contre les agents présumés auteurs.

Une sortie qualifiée de raté et précipitée par plusieurs cadres de l’institution.

Pour plusieurs  fonctionnaires de la police, le Général Baffoé  a fait une grosse faute de communication en lieu et place du directeur de la communication et du porte-parole de l’Institution. Ils accusent leur chef de se précipiter sur l’excuse et les sanctions annoncées sans vérifier si les faits sont avérés pour situer les responsabilités et  prendre la décision.

 » Le général a présenté les excuses au moment même qu’une enquête était engagée au niveau de la sécurité publique pour situer les responsabilités. Mais il a déjà mis la charge sur les agents et là c’est devenu compliqué » à lâché un officier dans la cour du ministère de la sécurité et de la protection civile.

Cette communication de Baffoé est à  toutes les lèvres, ça se dit partout au sein du siège  de l’Institution policière située à  Coléah.

« Même dans les pays hautement démocratiques ou les grandes puissances, le DG de la police intervient très  rarement surtout dans les médias. Parce qu’il occupe un poste stratégique lié à  la vie et à la sécurité de la nation. Il à tous les secrets du gouvernement  en termes de sécurité c’est pourquoi parfois les Présidents passent directement par le DG de la police pour certaines décisions en déviant leurs ministres. Il y a des pays où y a pas d’armée mais la police existe » précisé un autre.

Oubensy SYLLA